Je me présente

Sonia Éon

relations-justes.org

Un des médias  d'expression des liens que je fais entre mes recherches et mes trouvailles  qui m'aide à construire la suite avec d'autres.

contact@relations-justes.org

Étant d'accord avec le postulat qu' une carte n'est pas le territoire  la présentation que je fais de moi ne sera jamais ce que je suis. Déjà je ne peux être perçue par moi et les autres que partiellement. Et puis même avec la sensation d'une "mêmeté" je ne suis pas identique à chaque instant, dans toutes les circonstances, dans toutes les relations et aux yeux de chacun.e d'entre nous y compris les miens.  Certaines données permettent cependant de me situer dans les grandes lignes de l'espace et du temps.

Je suis née  en 1975.  Enfant unique de mes parents et considérée comme la 'petite dernière' de la famille a qui j'ai été confiée jusqu'à mes neuf ans pendant le temps de travail de mes parents.  J'ai grandi en banlieue parisienne et par intermittence (pendant les vacances scolaires) en milieu agricole celui d'une grande partie de mes ancêtres. J'ai connu l'école pendant 20 ans consécutifs (école de commerce pour les deux dernières années) et une année de cours à distance de psychologie à la  faculté au milieu de ma quatrième décennie. J'ai été manager salariée de la grande distribution de cosmétiques de luxe. Avant et après cette expérience j'ai connu des activités rémunératrices très différentes (secteur bancaire, gériatrie en milieu hospitalier, indépendante dans le commerce de cosmétiques bio, "petite enfance", etc.).

Je suis mère depuis 1999.

A partir de ce moment, les POURQUOI ? concernant la vie sont venus sur le devant de la scène avec plus d'intensité. J'ai cherché des réponses. J'ai trouvé des pistes en moi, autour de moi en regardant mieux et lors de rencontres et de lectures. Les dé-couvertes ont révélé leur.s trésor.s.  A partir d'elles mes représentations, mon positionnement et le sens (direction et signification) de mes actions ont évolué.

En 2011, j'ai proposé à 'mes enfants' une alternative à l'école et à la manière d'être en relation. J'ai participé à la vie d'une association départementale de familles dont les 'enfants' ne vont pas à l'école et ai contribué à la création d'un groupe régional de soutien pour le respect de la liberté d'apprendre des 6-16 ans de certaines familles. J'ai vécu plusieurs rencontres du CREA  (cercle de réflexion pour une 'éducation' authentique). J'ai organisé des rencontres autour du questionnement de l'acte d'éduquer et du processus d'apprendre, et de la relation adultes/enfants. J'ai contribué à la création du GRéA-La vie (Groupe de réflexion sur éduquer et apprendre).

Depuis 2011, je ne suis pas rémunérée pour mes activités. Je ne trouve plus de sens à marchander ma contribution à la vie de notre société. Je préfère œuvrer pour ce qui est vital, qui n'a pas de prix et qui m’apparaît comme ne devant pas en avoir. Jusqu'à maintenant je peux le faire bénévolement non sans difficultés et non sans aides (c'est que vous êtes nombreux à marchander !). J'en profite pour exprimer ma gratitude aux êtres qui  m'ont aidée, qui m'aident et qui m'aideront à continuer sur cette voie.

La relation marchande (troc y compris) apparaît pour l'écrasante majorité d'entre nous  comme étant une relation "naturelle" donc nécessaire et/ou inéluctable voire souhaitable pour plusieurs raisons. Elle est en fait perçue comme étant habituelle.  Elle est une construction humaine. La vie ne nous oblige aucunement à maintenir son existence. Il m'apparaît nettement que certains phénomènes nous hurlent de ne plus le faire. J'ai découvert que je n'étais pas seule à le voir et le penser quand j'ai pris connaissance entre autres du livre  Le porte monnaie. Une société sans argent. de Jean-François Aupetitgendre et du collectif Une civilisation sans argent.